Comment Nicolas Wadimoff a monté «Spartiates»

En janvier, Spartiates a reçu le Prix de Soleure 2015. A l’unanimité. Pas étonnant, lorsqu’on découvre le film. Construit autour du travail d’un entraîneur d’arts martiaux pour les jeunes d’un quartier nord de Marseille, ce documentaire possède une intensité palpable dès ses premières secondes, soit dès l’apparition d’Yvan Sorel, héros central et pivot de ce métrage.(…) C’est à Marseille que le réalisateur genevois a tourné son fascinant documentaire sur un entraîneur d’arts martiaux. Entretien.

Source : Comment Nicolas Wadimoff a monté «Spartiates»

Spartiates – Entrevue avec Nicolas Wadimoff : Éduquer par le muscle

«Si j’apprends que tu rates les cours, je t’éclate la tronche.» Ainsi Yvan Sorel éduque ses élèves de la banlieue nord de Marseille, leur inculquant par une pédagogie pour le moins costaude le sens de la discipline et du respect. En clôture des Rencontres internationales du documentaire (RIDM), le réalisateur suisse Nicolas Wadimoff jette un regard attentionné sur ce combattant d’arts martiaux mixtes à la personnalité hors-norme. Entretien autour du passionnant film Spartiates.

Source : Spartiates / Entrevue avec Nicolas Wadimoff : Éduquer par le muscle | Cinéma | Voir.ca

Monde Diplomatique, Gaza, la vie dans les décombres, par Marina Da Silva 

Aisheen est une expression qui signifie « toujours vivant » en arabe. La caméra balaye longuement un paysage lunaire où tout a été détruit. A perte de vue, c’est un enchevêtrement de ruines et de métaux calcinés, un anéantissement dont on prend la mesure et qui empêche de respirer. Pour accompagner ce long et terrifiant travelling, un rap palestinien du groupe Darg Team bat la mesure : « On restera là pour reconstruire. »

Source : Gaza, la vie dans les décombres, par Marina Da Silva (Les blogs du Diplo, 24 mai 2010)